Février 2018 – Nostalgie de la Lumière

Patricio Guzmán présente
Nostalgie de la Lumière

 

Le réalisateur

En 1973, lorsqu’éclate le Coup d’État de Pinochet, Patricio Guzmán est emprisonné. Il parvient à fuir le Chili et trouve refuge à Paris. Il se fait connaître en Europe avec des images brûlantes d’actualité sur l’échec du gouvernement Allende (1970-1973) et le Coup d’État de Pinochet, regroupées dans un documentaire intitulé La Bataille du Chili, dans lequel Godard et Chris Marker furent impliqués. Par la suite, le cinéaste n’a eu de cesse d’évoquer ce moment d’Histoire, afin de lutter contre l’oubli de ses victimes. Ses documentaires politiques s’inscrivent sur un terrain à la fois historique et personnel, à la tonalité jamais résignée mais toujours tournée, coûte que coûte, vers un futur à construire.

Le film

Son avant-dernier film, Nostalgie de la lumière, sorti en 2010 et récompensé du Prix du cinéma européen du meilleur documentaire, plonge au cœur du désert d’Atacama. Du haut de ses quelques cinq mille mètres d’altitude, le désert abrite le plus grand observatoire du monde, qui tourne ses globes vers l’origine de l’Univers. Mais dans ce désert, un autre passé attend d’être découvert : sous le sable d’un des lieux les plus arides de la planète, se trouvent les cadavres de très anciennes civilisations autochtones, ainsi que ceux, plus récents, des déportés politiques de la dictature. Guzmán donne la parole à ces archéologues de la mémoire – astrophysiciens, historiens, familles de disparus – cherchant inlassablement à faire ressurgir un passé enfoui dans une immensité de particules, que celles ci prennent la forme d’étoiles ou de grains de sable.

Dialogue avec Patricio Guzmán

Nous vous proposons, à l’issue de la projection du film, d’entretenir une conversation avec Patricio Guzmán. La présence du cinéaste est l’occasion, pour toutes les personnes présentes, d’amorcer un dialogue en direct sur les questions soulevées par le film.

Mais c’est aussi le moment pour tous, étudiants, professionels ou curieux, de venir discuter de la pratique cinématographique. Le cinéma a-t-il un rôle réel pour la mémoire humaine ? Où se situe le réalisateur face à l’Histoire, et face à la politique de son temps ? Est-il un observateur, un témoin, un acteur ? Autant de questions auxquelles Patricio Guzmán, à travers chacun de ses films, a tenté de répondre.

Si l’histoire du cinéma a un enjeu propre, nous croyons qu’il réside dans cette possibilité de nous interroger collectivement sur le passé, et à travers lui sur aujourd’hui et sur les temps à venir. C’est pour ce précieux moment d’échange que Patricio Guzmán nous fera l’honneur de sa présence. À l’image des autres événements initiés par le ciné-club Origines et Fin de l’Histoire, nous tâcherons d’ouvrir ensemble un espace de dialogue et de faire de l’histoire du cinéma un enjeu fondamental, social, politique, au regard de tous.

Laisser un commentaire