Mars 2018 – 2 films de Luc Moullet

Moullet par Luc Moullet

 

Luc Moullet

Cinéaste aussi culte que fauché, crétin des alpes revendiqué, Luc Moullet est probablement le rejeton le plus atypique de la bande des Cahiers du Cinéma. Avant de tourner des films, Moullet écrit en effet pour les Cahiers aux côtés des Truffaut, Rohmer, Rivette…
Improbable chainon manquant entre Groucho Marx et Jean Luc Godard, l’œuvre de Moullet fusionne avec joie le comique absurde et distingué du premier avec le goût pour l’expérimentation du second. Depuis son premier film, Brigitte et Brigitte en 1966, il n’a eu de cesse d’explorer les facultés comiques du cinéma, construisant pierre par pierre une œuvre brillamment crétine, ou crétinement brillante.

Politique des hauteurs

La Cabale des Oursins

Alpiniste enthousiaste, Moullet préfère la montagne aux profondeurs océanes. Les oursins dont il est question ici ne sont donc pas les épineuses créatures marines mais les terrils du Nord-Pas-de-Calais, ces gigantesques accumulations de terre héritées de l’exploitation minière. Moullet fait l’éloge hilarant de la « sveltesse mozartienne » de ces monticules charbonneux, avec toute l’ironie pince-sans-rire qui le caractérise, tout en démontrant l’absurdité du tourisme de masse.

• Les Sièges de l’Alcazar

Puisant dans son expérience de critique, Moullet livre ici une chronique gentiment moqueuse de la cinéphilie de la grande époque, quand la guerre entre les Cahiers du Cinéma et Positif faisait rage. Guy, critique au Cahiers et spécialiste incontesté de Vittorio Cotafavi hante les premiers rangs de l’Alcazar, petit cinéma de quartier parisien où cohabitent les gamins du coin et les cinéphiles maniaques. Il y rencontre Jeanne, critique chez Positif, dont il tombe petit à petit amoureux, malgré la haine que se vouent les deux revues…

Laisser un commentaire